Un jour, il y a eu le déclic. Celui qui m’a fait prendre conscience que je voulais devenir photographe professionnelle, et faire de ma passion mon métier. Un jour, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai quitté mes études à quelques mois de la fin.

 

C’était il y a bientôt 4 ans, j’étais en cours de didactique de mathématiques, je ne me sentais pas à ma place après pourtant 3 ans d’études dans ce domaine. Mais ça ne me parlait plus, je me levais à contre-cœur tous les matins et je me demandais à quoi allaient ressembler les prochaines années avec un nœud dans le ventre. Le nœud dans le ventre du prêt étudiant qu’il allait bien falloir rembourser, de ma famille qui me rêvait prof depuis mon enfance et que j’allais décevoir si je n’allais pas au bout.

Et pourtant le pire à mes yeux, c’était que je n’allais plus avoir le temps de prendre de photos. C’est là que la question s’est posée : peut-être que devenir photographe serait la solution ? Pourtant je me le répétais depuis des années : « je fais des photos pour moi, je ne suis pas sûre de vouloir en faire mon métier ». J’avais peur de la contrainte, peur de me dégoûter. J’avais peur de faire le premier pas, au final.

Je me suis mise à faire tellement de recherches sur Google que j’ai dû faire grimper en flèche les requêtes du mot-clé « photographe » ! Parce que ce « et si » était devenu part entière de mes pensées. Je me suis vite rendue compte que mon loisir principal pouvait complètement devenir mon quotidien. Je me suis surtout rendue compte que j’avais envie d’appliquer aux autres mon envie effrénée de tout immortaliser. De faire ça pour les gens qui ne le pouvaient pas. Offrir des photos remplies de sens et d’émotion, donner la possibilité à tout le monde de se trouver photogénique et de pouvoir revivre leurs plus beaux moments à l’infini. De me sentir quand même utile dans un sens. Et tête baissée, j’ai quitté les bancs du master MEEF, et je me suis pris un an pour réfléchir.

 

autoportrait fait à l’argentique à Londres - Amandine Baudet

Autoportrait fait à l’argentique à Londres, ma ville de coeur.

Et comment on devient photographe, alors ?

Pendant cette année-là, je n’ai pas suivi un programme particulier. J’ai juste pris du temps. Je me suis formée pour être sure de mes compétences. J’ai lu, j’ai pratiqué, je me suis constitué un book. Et au bout d’un an, j’ai commencé les démarches administratives. Elles ont été longues, parce que sinon on ne serait pas en France, héhé – mais en mai 2018, c’était fait. J’étais devenue photographe professionnelle.

J’ai eu mes premiers clients qui m’attendaient depuis que j’avais émis l’idée sur les réseaux sociaux de me lancer. J’ai fait des premières rencontres qui ont été les pierres angulaires de mon entreprise. Et aujourd’hui, je suis si pleine de reconnaissance. « Tu as fait le bon choix ». Je regarde parfois en arrière vers cette carrière de professeur qui se dessinait devant moi depuis toute petite pour finalement me dire : zéro regret. J’ai le plus beau métier du monde, et c’est loin d’être fini !

Ces derniers mois me l’ont encore plus confirmé : je vis pour ça. Rester dans mon 30m2 pendant tout ce temps m’a fait réaliser pas mal de choses et aura été plutôt positif. Réaliser le manque qui se creuse quand je n’ai personne à photographier, aucune histoire à raconter, aucune émotion à immortaliser. Réaliser à quel point ce métier fait partie de moi, et à quel point j’ai envie de faire bouger mon entreprise et l’emmener toujours plus loin malgré les épreuves.

Si tu veux deux ou trois conseils

Toi qui lis cet article, peut-être que toi aussi tu doutes, tu hésites à te réorienter, tu as peur de ce que pourraient penser tes proches. Et c’est normal, je suis passée par là aussi. S’il y a bien une chose que je peux te dire parce que je me le répète à longueur de journée : prends des décisions pour toi, ceux qui voudront te suivre le feront.

Et crois-en ma petite expérience : ce ne sont pas toujours les personnes que tu crois qui te suivront, mais elles seront plus nombreuses que ce à quoi tu t’attends. Si ça peut te guider, je te mets en bas de cet article une liste non exhaustive des livres qui m’ont aidée à me lancer et à me développer par la suite.

Bonne lecture, crois en toi !

Des livres pour se former techniquement à la photographie :

  • Le Guide Tout Terrain De L’Exposition – Michael Freeman
  • 52 Défis Créatifs Pour Le Photographe – Anne-Laure Jacquart
  • Les Secrets De La Photo Lifestyle – Baptiste Dulac
  • Read This If You Want To Take Great Photographs – Henry Carroll

Pour savoir comment créer ton entreprise et la gérer au mieux :

  • Profession Photographe Indépendant – Eric Delamarre
  • Le B.A-BA Du Photographe Professionnel – Demetrius Fordham
  • Little Black Book – Otegha Uwagba

À propos de l'autrice :

Amandine Baudet / photographe professionnelle à Clermont-Ferrand

J’aime prendre des photos sincères, authentiques et remplies d’émotions de vous, de vos proches ou encore de votre travail ! Photographe professionnelle fan d’histoires d’amour rock’n’roll et de regards pétillants, je vous suis aux quatre coins du globe pour immortaliser vos fossettes lors de votre mariage ou d’une séance Lifestyle à la maison.

Et si maintenant c'était votre tour ?

L’aventure commence ici ! Une fois que j’aurai reçu votre message, nous pourrons organiser ensemble votre séance ! N’hésitez pas à me donner le plus de détails possible sur vos envies. À vos claviers !

Type de prestation

GALERIES PRIVÉES

Si j’ai eu le plaisir de vous photographier, munissez-vous de vos identifiants, c’est par ici !

Amandine Baudet

Photography

+ D'INFOS

French photographer based in CLERMONT-FERRAND

English speaking photographer available worldwide

hey@amandinebaudet.com